(Sef) Trail du Petit Ballon 2016

Depuis pas mal d'années, je suis forcé de faire cette constatation : je ne sais pas courir... Non non. Je sais bien grimper (après 24 ans d'escalade sportive, ce serait bien dommage de ne pas savoir !), je sais à peu près descendre (merci le VTT et la moto !), mais je ne sais pas courir. ;-) Donc en 2016, j'ai décidé de me faire une petite prépa' Trail du Petit Ballon qui me permette d'envoyer un peu de bois sur cette autoroute de pistes forestières. Quasiment deux mois et demi d'entraînement à découvrir des séances de pistards et de routards, qui somme toute n'ont pas été désagréables, et même plutôt une source de nouvelle motivation. Bref, j'ai usé les Clifton, quoi ! ;-)

Capture d e cran 2016 03 21 a 20 01 44

Après un départ en première ligne pour honorer mes partenaires, je me suis laissé dépasser par environ 40 654 personnes, ne voulant pas me griller d'entrée de jeu et arriver au sommet du Petit Ballon frais comme un gardon. Un petit rythme qui va bien, sans trop monter dans les tours, mais en ayant un peu d'espace autour de moi pour ne pas me faire bouchonner dès les premières mono-traces.

Capture d e cran 2016 03 21 a 20 02 23

D'ailleurs, ces sentiers vers le monastère de Schauenberg font du bien, je me sens enfin dans mon élément, ça déroule sur les feuilles, ça sautille entre les cailloux et ça grimpouille en mode "les cuissots à feu doux". Bref, tout bien, pour m'amener au ravitaillement "à la ferme" d'Osenbach en étant passer de la 40 655ème place à la 92ème. Belle remontée ! ;-)

La section suivante est celle que j'aime le moins, et ça se voit car les copains Fabien et Cédric me passent devant. Bon, sans rancune, je leur rends la politesse dès qu'on amorce la grimpette vers le col de Boenlesgrab. J'en profite d'ailleurs pour coller aux baskets (En était-ce vraiment ? Même pas oversize, pfff...) d'un puis d'un gaillard qui cavale gentiment. Merci à eux, cela m'a bien aidé.

La montée finale est une formalité, en mono-traces souples et un micro-poil techniques, avec le soleil et le grand ciel bleu qui font leur apparition ! Sauf que les 10 km/h de moyenne pour cette ascension jusqu'au Petit Ballon ne sont pas là, j'ai 10 minutes de retard (mais 23 places de mieux), et ça va être chaud patate de combler tout ça dans la descente tout de neige vêtue, puis trèèèèès roulante où ma VMA de limace ne fera pas parler la poudre. Tant pis, je fais quand même un beau sourire à Nicolas pour le remercier de ces superbes photos et je trotinne même pour faire genre. ;-)

Capture d e cran 2016 03 21 a 20 04 37 1511982 10206028346763460 4771534839312920232 o

La suite est looooonnnnngue, mais longue ! Tout ce que je n'aime pas. Cavaler sans avoir à se soucier d'où tu poses les semelles Vibram... Heureusement que j'ai une petit récompense quelques kilomètres plus loin. :-) Justement, ces presque 12 bornes sont avalées en 58 minutes, je n'ai finalement pas chômé (et moins 7 places). J'ai même eu le temps d'admirer la magnifique gamelle de Marc juste sous mes pieds ! :-o Ce n'est qu'après l'avoir relevé, perclu de crampes le pauvre, que j'ai pu rejoindre le ravito' d'Osenbach, 2ème édition, où m'attendaient mon amoureuse, victorieuse de son mini-Trail de l'Âne en moins d'une heure, notre adorable fille qui réclamait son bisou, et mes beaux-parents toujours fidèles au poste. Quel plaisir de les voir !! Cela rebooste mieux que n'importe quel gel ! :-D

À ce propos, j'aime malgré tout cette dernière section car les chevaux sentent l'écurie, et n'ont qu'une envie, arriver ! Je cours autant et aussi vite que les cannes me l'autorisent, rattrapent des copains-copines de compét' (12), lâche les freins dans l'horrible (pour les fibres musculaires...) descente bitumée, et franchis la ligne en 4h56' et 50ème. Bon, l'objectif des 11 km/h de moyenne est très loin (j'ai 18 minutes de retard), j'ai été un poil plus lent que l'année dernière, mais le classement est sympa. :-)

Et puis, franchement, ce qui est vraiment sympa, c'est d'être en bonne santé (tiens, je n'ai pas vômi sur cette compét', ni pendant, ni après !), d'être libre de savourer son sport-passion, d'avoir passé des moments avec les copains à l'échauffement, au départ, pendant et après la course, et d'avoir profiter du soleil alsacien, n'est-ce-pas ?!

Merci à toute l'équipe organisatrice et aux centaines de bénévoles de nous avoir une nouvelle fois régalé !

Merci également à mes partenaires qui rendent ma encore plus douce :

Hoka One One France avec les Speedgoat, le sac F-Light 7L et le maillot by Crazy Idea ;

Compressport France, avec les chaussettes Proracing Socks Ultralight, les manchons Pro R2, le sous-vêtement Trail Running Underwear Short V2, les manchettes Proracing Armsleeves Watchspace, la visière Visor Ultralight et le porte-dossard Race Belt :

Ferei France avec leur tour de tête et tour de cou, ce n'est pas de ma faute si le départ est de jour ! ;-) Mais merci à eux d'y voir clair quand je pars m'entraîner à 05h30, grâce à leur frontale HL20 ;

Chullanka Metz pour l'excellente Fénix 3 de Garmin.

Et enfin, bravo à vous d'avoir lu ceci jusqu'au bout !! :-p Prochaine bavure après le Trail des Roches. À bientôt !!

 

#timetofly #hokaoneonefrance #compressportfrance #fereifrance #chullankametz